La vache, ils sont pressés! C’est allé encore plus vite que ce que je pensais: la Commission veut avoir son mot à dire sur le budget des Etats, et a également proposé que le dispositif temporaire de prêt aux Etats devienne permanent.

Bon, ça se défend: Bruxelles a la main, autant la garder et renforcer sa position. A court terme, ils vont sans doute se faire bouler (ce sera la deuxième fois après le “pacte de stabilité”), mais la prochaine sera la bonne… Nous avons donc 50 à 70% de la production législative qui découle de la Commission Européenne – sans compter la jurisprudence de la CJCE qui fait progressivement primer le droit communautaire sur le droit national -, une (grosse) partie des politiques qui est “coordonné” par Bruxelles, bientôt le budget.

A la question, qui vote pour ces gens?, les “ouistes” vous répondront que si vous aviez répondu “oui” à la Traité Constitutionnel, ce serait réglé, les “nonistes” vous répondront que, euh, ils avaient raison et vous rappelleront que vous avez voté “non”, avec ce résultat. Conclusion: le référendum était bien une fumisterie, et le Traité de Lisbonne un déni démocratique, vu qu’il va bien contre la volonté exprimée du peuple français.